Home Blog Page 1990

0 21

On November 1, 2018 my Instagram feed was flooded with women talking about the Latina pay gap and Latina Equal Pay Day. Having started my career in Latin media I was surprised to see everyone wearing these Phenomenally Latina shirts and not know what it was. It was maybe a little FOMO, but mostly I wanted to know more about the gap, which I learned meant that for every dollar a white man made, Latinas only made 54 cents. I also wanted to know how I could get involved. I did some research and learned that Eva Longoria, America Ferrera, Gina Rodriguez, Jessica Alba, and many other well-known Latinas had teamed up with the Phenomenal Woman Action Campaign to support spreading awareness about the gap through their Phenomenally Latina collection.

Latina Equal Pay Day takes place on November 20 this year—the date marks how many extra weeks and months a Latina would have to work to make the same amount of money a white male made in 2018. Let that sink in. We almost made it to 2020, which is heinous.

The day was founded in 2018 by Mónica Ramírez, President of Justice for Migrant Women. “Latinas and our work are grossly undervalued,” Ramírez told MarieClaire.com today over email. “Across every education level, industry and sector, Latinas are not being paid the full value for our work. There is a direct correlation with how Latinas are treated in society, as well as at work, and the way that we are portrayed by the media and entertainment. If messaging is constantly geared toward the masses that we are underprepared, uneducated and unskilled, then that is the messaging that employers are also receiving about us, which, in part, results in discrimination against us.”

This year, the Phenomenally x Latina Power campaign has teamed up with Jen Zeano Designs. JZD’s Founder + CEO, Jen Serrano, is a Mexico-born immigrant who currently runs JZD, alongside her wife, out of Brownsville, Texas. Brownsville has a 93 percent Latinx community consistently named one of the poorest in America and Jen is on a mission to honor her parents’ sacrifices and struggles in coming to the U.S. Through her designs she hopes to empower Latinxs and promote equality for all, and trust me, her clothes are so dope you’ll want them all!

So what does 54 cents to every dollar actually mean for Latinas? It’s almost half of what a white man makes. For. The. SAME. WORK! This unfortunately isn’t just a problem for Latinas, it’s a problem for all people that identify as female. For comparison, according to the American Association of University Women or AAUW, an Asian woman makes 90 cents to a white man’s dollar, a white woman 79 cents, Black women 62 cents, 61 cents for Native Hawaiians or other Pacific Islander women, and 57 cents for Native American Indian women. Obviously as a human and a woman these numbers upset me, but as a Latina they are devastating. It’s not as if we need a reminder of how hard Latinxs in general work in this country, what concerns me is the amount of progress the community will never see as a result of the gender pay gap.

According to a 2015 report by the Center for American Progress 42 percent of mothers were the main breadwinners for their family, bringing in more than half of their home income. This is the highest percentage of female-breadwinners to date. Of that 42 percent, 15.8 percent of them were Latina. Imagine being the main breadwinner for your family and working hard every day and you’re making almost half of what you should be making just because of your gender identity? Now add in all the single mothers, 53 percent of Latinas who gave birth in 2013 were unmarried, and the women who help take care of an elderly parent or parents. If they can’t even pay their bills because of this disadvantage, how could they ever help their children progress? How the hell are we supposed to keep moving pa’lante if we’re constantly struggling to survive? I don’t know the answers to these questions, but I know we need to ask them, even if the rest of the world only pays attention on #LatinaEqualPayDay.

And then I thought about what needs to change. I reflected on my own career and the pay I’ve made. It is important to have Latinxs in positions of power and manager roles. Keep the conversation going, share your wage, support causes like #PhenomenallyLatina, and know that we see you working hard. I see you. Latinxs are a powerful, resourceful community and as we know, si se puede, but it’s time we fight for those roles we deserve, it’s time we speak up about how unfair wages are, and it’s time we earn the same our white male counterparts do. Punto.

Share your support for #LatinaEqualPayDay on November 20, 2019 and get your own Phenomenal gear below.

Be Phenomenal

0 22

The slogans on the shirts come from just about anywhere: lyrics, quotes from old movies, clippings from newspaper articles, or brand names (near misses include ‘supromo’, ‘adbibas’ and ‘patamountain’), which are often muddled to the point of being impossible to categorise. The hostile-sounding ‘NEVER don’t free and easy I’M NOT A GEEK’, or perplexing ‘went to be candy pudding and I noke up this cool t -shirt’ are likely the product of “some shitty AI computer algorithm”, Mannheimer says 

A number of the t-shirts on sale appeal to what Mannheimer calls the “edgelord badass”, with slogans which read: ‘I do not fear what is unknown’ or ‘break what most be bruken’, or, for those who really give no fucks, ‘I do drugs’. Bans on cigarette ads don’t apply here, apparently, with statements like ‘cigarettes are food for broken soul’ or ‘enjoy a coke cigarette’. Light up. 

There are also tees which cater to the more melancholy, sensitive soul – s/o to the softboi – with statements like: ‘They fuck you up your mum and dad. They may not mean to, but they do’, ‘I trusted u and No more trust u’, or the painfully relatable ‘Netflix and Alone’.  Because you know what they always say: if you can’t talk about your problems IRL, just put them on a t-shirt. 

If you were looking for something more meta, meanwhile, there’s the very Vetements looking tee which simply states the definition of a t-shirt (‘It is normally associated with short sleeves, a round neck known as a cres neck, with no collar’, FYI). Because in this post-truth, fake news world, sometimes it’s nice to be reminded that a t-shirt really is just a t-shirt. If you were looking for enlightenment on your travels, look no further. 

@good_vietnam_shirts

0 30

When it comes to jewellery this festive season, more is more. From Saint Laurent’s tassel necklace and co-ordinating, shoulder-skimming fringe earrings, to Balenciaga’s crystal-studded throw-back styles, embrace a matching set that will take you from smart-casual to soirée-ready in a matter of seconds. Shop Vogue’s edit of the best matching jewellery sets to sparkle in this party season below.

Pictured: Nikos Koulis gold and diamond earrings and gold diamond and enamel necklace, both price on request.

0 26

Hedi Slimane has been the creative director at Celine for just three seasons, but he has been gathering material for his first collection of fragrances for the Parisian house for far longer. The nine unisex scents he released last month (with two more to follow in 2020) draw on the designer’s olfactory journal, a record of scent memories that extends from his childhood in Paris to the decade he lived in Los Angeles before returning to France last year. “I created Celine Haute Parfumerie with the intention to wear every single fragrance of the collection,” he says. “It is all quite personal.” Among the six fragrances designed for the daytime is Saint-Germain-des-Prés, a blend of neroli, petitgrain and white orris butter that harks back to the designer’s 20s, spent skipping between cafes, cinemas and the Jardin du Luxembourg. The three night perfumes, meanwhile, include Reptile, a musky mix of cedar, pepper and leather designed to conjure “the lustrous glimmer of jet-black sequins.”

Here, Slimane shares notes from his journal about three of the collection’s fragrances, alongside visual interpretations of their scents created exclusively for T by the British artist Rosanna Webster.

0 33

Welcome back to the weekly review series where we try out the latest beauty drops. This time around it’s all about the lips and cheeks with Trinny London’s Sheer Shimmer Lip2Cheek collection that’s out this Sunday 17th November and comes in 4 shades. It’s that time of year where the sparkles are slowly but surely making their way back into makeup, and we’re seriously here for it.

The Product

Trinny London Sheer Shimmer Lip2Cheek, £22

The Reviews

Lottie Winter, Beauty Editor
I love how moisturising the balm feels on lips as well as the glow it adds to cheeks. The level of colour is great, too – a hint of a tint and totally blendable and buildable. The shade itself – Aifric – is a little too orange for my liking, so {I’m keen to try one of the other shades to find my perfect match.

Elle Turner, Deputy Beauty Editor
This is really sheer and subtle – just a barely there sweep of colour to add a bit of life to cheeks without looking too obvious. My shade, Maiko, an apricot orange was surprisingly flattering and added a little warmth to my complexion, too.

Kiran Meeda, Online Features and Beauty Assistant
It’s a very pretty, light sheen that added just that little touch of dew to my lips. It’s also really moisturising, so this is a must-have for the winter season. I tried the pale pink shimmery shade, Dido, and it blended really well, as well as acting as a great natural lip look with a little glam.

Bianca London, Website Director
I’ve heard amazing things about Trinny’s multitasking beauty products so I was excited to try this out. I usually avoid putting anything on my lips because they’re dryer than the Sahara but actually, this gave them a glossy, moisturised sheen. Whilst I’d usually avoid a creamy consistency in favour of a matte powder, this texture was spot on, giving my cheekbones a subtle sheen and pop of highlight without leaving my skin patchy.

Chelsea Hughes, Digital Picture and Multimedia Editor
I’ve never in my life used a cream blusher and I’ve got to say I was pleasantly surprised. I dabbed a small amount onto the apple of my cheeks, it left a gentle little glow that really picked up the light. I lathered it on my lips as I’m always a huge fan of a shimmery-gloss.

Read more here for beauty reviews.

5 Women Test: Bare Minerals Gen Nude Metallic Liquid Eyeshadow

Reviews

5 Women Test: Bare Minerals Gen Nude Metallic Liquid Eyeshadow

0 30

Quand on lui demande ce que cela fait d’être la femme qui construit les plus hautes tours du monde, Jeanne Gang, attablée à la cafétéria du Palais de la Porte Dorée, vêtue d’un pull bleu, presque de la couleur de ses yeux tirant vers le gris, esquisse une moue agacée puis répond en souriant : « Les femmes devraient faire des gratte-ciel comme elles devraient faire n’importe quel type de bâtiment. Pourquoi est-ce encore un sujet aujourd’hui ? »

En réalité, elles ne sont pas si nombreuses et c’est bien elle qui a achevé en 2010 la très belle tour Aqua, la plus élevée jamais construite par une femme, dont la façade ondulée est devenue un emblème de Chicago ; et c’est encore elle qui battra bientôt son propre record avec la Vista, un édifice impressionnant composé de trois colonnes incurvées appelé à devenir le troisième plus haut de la capitale de l’Illinois. Ces gratte-ciel à l’allure audacieuse en disent long sur la réussite de cette architecte de 56 ans, désignée par Time cette année comme l’une des 100 personnalités les plus influentes du monde, et qui a redonné du peps à la célèbre, mais un peu assoupie, Ecole de Chicago.

Respecter l’environnement

« Adolescente, j’étais bonne en maths et en dessin. J’étais destinée à être architecte », raconte-t-elle. D’autant que son père, ingénieur civil qui n’aimait rien tant que partir sur les routes avec sa famille admirer les grands espaces et les plus beaux ponts des Etats-Unis, lui a insufflé le goût des prouesses techniques autant qu’esthétiques.

Ne vous méprenez pas, Jeanne (prononcez Jini) Gang, qui doit son prénom à une amie française de sa mère, ne nourrit pas une obsession pour les gratte-ciel : sur le site de son studio, se côtoient d’ailleurs des réalisations aussi différentes que l’extension très futuriste du musée d’Histoire naturelle de New York, un théâtre transformé en épicentre culturel dans la banlieue de Chicago, des hangars à bateaux, un centre dédié à la justice sociale avec des murs en rondins de bois à la place des briques, une presqu’île artificielle transformée en parc naturel, ou encore un pavillon en forme de carapace de tortue au zoo de Lincoln Park…

La Tour Vista, en construction à Chicago.©Tom Harris Courtesy Studio Gang

Il n’en reste pas moins qu’elle n’a jamais eu l’intention d’abandonner aux hommes ce pan spectaculaire et prestigieux de l’architecture moderne. « Ce qui m’intéresse en concevant des tours n’est pas de dessiner la plus haute, mais de trouver les solutions pour densifier la ville tout en la rendant attractive pour ses habitants et respectueuse de l’environnement. Je m’efforce ainsi de privilégier les matériaux locaux et durables et d’adopter les techniques les plus écologiques », explique-t-elle.

L’extérieur suit l’intérieur

Féministe, Jeanne Gang ? À la tête de son studio, cette créatrice dans l’âme n’élude pas la part de féminin qui entre dans son art, même si elle n’en fait pas un étendard. « L’architecture a besoin d’être plus investie par les femmes, affirme-t-elle, À mon avis, elle peut avoir un impact sur les relations entre les personnes. Nous devons penser l’architecture comme nous pensons un écosystème équilibré. C’est pourquoi je travaille selon une double approche, l’extérieur depuis l’intérieur et réciproquement ; afin d’améliorer les interactions entre les gens et leur environnement. Après cela, je souhaite utiliser les matériaux et les systèmes les plus durables. »

Une variante subtile du principe cher à l’un des plus fameux architectes de Chicago, Louis Sullivan, à la fin du xixe siècle : la forme suit la fonction. Avec Jeanne Gang, on peut ainsi dire : l’extérieur suit l’intérieur… D’où son goût pour les espaces favorisant les rencontres, la mixité des usages dans un même édifice (résidentiel, hôtel, bureaux, boutiques, équipements collectifs), la chaleur du bois, les courbes et les textures, les baies vitrées en dièdre ou inclinées permettant de mieux capter la lumière, les balcons décalés où les gens peuvent se voir, et bien sûr les terrasses « pour faire entrer la nature dans la ville »… Voilà sa signature.

Tandis que la plupart des architectes traitent les contraintes comme des ennemis, Jeanne Gang les considère comme une invitation à la créativité. « C’est une vraie femme de la Renaissance qui sait admirablement associer l’art et la technique », s’enthousiasme Claude Labbé, le directeur du studio Gang à Paris.

Un nouveau voisin écoconçu pour Station F

Cette créativité et ce souci de l’environnement, se retrouve dans le futur centre parisien de l’Université de Chicago

, que Jeanne Gang, associée au promoteur Icade et au cabinet Parc Architectes, doit livrer en 2022.
Son ambitieux projet de rénovation de la tour Montparnasse n’ayant pas été retenu en finale du concours il y a deux ans

, ce sera sa première réalisation à Paris, ville qu’elle connaît bien depuis son passage à l’école d’architecture de Versailles quand elle était étudiante et qu’elle aime pour sa « son charme né de l’alliance entre l’ancien et le contemporain, d’autant plus intéressant qu’aujourd’hui la municipalité cherche à insuffler de nouvelles vibrations à cet héritage ».

Le projet de centre de l’Université de Chicago, à Paris.©Paris Render with ICADE and Studio Gang

Situé au-dessus des voies SNCF dans le XIIIe arrondissement,
à deux pas de Station F

, cet immeuble de six étages abritera l’université américaine mais aussi des logements et des commerces. Pierres des carrières de la région, bois issu d’une filière nationale, toit-terrasse végétalisé, grandes ouvertures pour la lumière, faible consommation d’énergie, collecte de l’eau de pluie et panneaux photovoltaïques : tout y est pour faire de cet immeuble à 80% en bois un parangon de l’architecture du xxie siècle.

« À la différence de certains starchitectes qu’il faut surtout écouter, Jeanne sait être attentive à son client pour bien traduire ses attentes », souligne Olivier Wigniolle. Sous le charme de cette professionnelle dont l’ego ne s’est pas dilaté avec le succès, le directeur général d’Icade envisage déjà une nouvelle collaboration avec elle. « Jusqu’à présent, les tours à usage mixte, sa spécialité, sont rares en France, pour des raisons culturelles et surtout réglementaires. Mais cela pourrait changer et nous cherchons un terrain idoine pour lancer un tel projet. » En attendant, le studio Gang travaille sur un ensemble de logements à Montpellier et espère conclure un nouveau projet du côté de La Défense…

Budget colossal

Même si elle voyage de plus en plus entre ses bureaux de New York, San Francisco et Paris, Chicago reste cependant son port d’attache. Après son master à la Harvard Graduate School of Design, un passage à l’Ecole polytechnique de Zurich puis dans le fameux cabinet OMA du Néerlandais Rem Koolhaas, c’est dans la capitale de l’Illinois que cette native de la petite ville de Belvidere, au nord de l’Etat, s’est installée avec son mari Mark Schendel, également architecte.

Comptant désormais plus d’une centaine de personnes, son studio est situé dans un élégant bâtiment Art déco de « seulement » trois étages doté de grandes surfaces vitrées et d’un toit-terrasse, la « Sky Island », conçu comme une prairie jonchée de fleurs sauvages où se côtoient des ruches, des papillons et des oiseaux… Et c’est à Chicago qu’elle dénombre la majorité de ses projets, le dernier en date – et son plus important jusqu’ici – étant l’extension de l’aéroport O’Hare, un budget global de 8,5 milliards de dollars !

Compte-t-elle du coup encore s’agrandir ? La réponse fuse : « Non, je veux connaître tous les gens avec qui je travaille, même les stagiaires, pour moi c’est essentiel, et je préfère que nous collaborions avec d’autres partenaires quand c’est nécessaire plutôt que de devenir trop grand. » Olivier Wigniolle suggère aussi une autre raison : « Précise et technique comme elle est, Jeanne ressent le besoin d’assurer le suivi de ses ouvrages même si elle fait confiance à ses équipes, ce qui la pousse forcément à limiter le nombre de ses projets, alors qu’elle pourrait en avoir davantage vu sa réputation. »

L’Arcus Center, à Kalamazoo (Michigan), est dédié à l’enseignement de la justice sociale.©Iwan Baan

L’égalité salariale mise en pratique

Quel genre de leader est celle qui a toujours voulu « être son propre boss », et qui l’a été alors qu’elle n’avait que 33 ans ? « Un bon manager, c’est celui qui sait poser les bonnes questions. Jeanne a ce talent, à son contact, on se sent plus intelligent, affirme Claude Labbé, ingénieur de formation qui a fait sa connaissance il y a une dizaine d’années. Elle n’est clairement pas un manager de type ‘tableau Excel’, mais une personne douée d’empathie qui a une formidable capacité à entraîner les autres, incroyablement positive, et qui s’intéresse à tout. »

Cet intérêt s’étend aussi à la rémunération de ses collaborateurs, dans un secteur qui reste très inégalitaire. L’an dernier, une étude montrait que les écarts de salaires entre hommes et femmes dépassaient encore en moyenne 15% dans les cabinets d’architecture britanniques. Curieuse de savoir si elle faisait mieux, Jeanne Gang a appliqué le même outil de mesure à son studio : l’écart était moindre, 7%, mais tout de même significatif…

Non seulement elle s’est empressée de le combler, mais, depuis, elle s’élève en public contre « la plus grande injustice dans l’architecture ». Dans une tribune publiée par Fast Company, elle écrit : « Assurer une égalité salariale est un acte fondateur en vue de construire un environnement au sein duquel la créativité peut s’épanouir. » L’environnement toujours…

« Avec elle, tout est simple »

« En 2014, je cherchais un architecte pour un projet de maison des cétacés en Guadeloupe. Je suis tombé sur un portrait d’elle dans le magazine ‘New Yorker’ où elle parlait de son projet de rénovation de l’Aquarium national de Baltimore et d’un sanctuaire pour les dauphins… Je lui ai envoyé un mail à tout hasard. Le lendemain, j’avais une réponse ! », raconte Olivier Adam, professeur en bioacoustique à Sorbonne Université.

La scénographie de l’exposition « Baleinopolis », consacrée au monde des cétacés, qui se tient jusqu’au 21 juin 2020 à l’Aquarium tropical du Palais de la Porte Dorée, à Paris.©Raphaël Dautigny pour Les Echos Week-end

Ce projet ne s’est pas concrétisé mais tous deux sont rester en contact, pour finir par se retrouver sur le projet « Baleinopolis », une exposition sur les cétacés à l’Aquarium tropical du Palais de la Porte Dorée, à Paris, inaugurée fin septembre. « Avec elle, tout est simple. C’est une personne extrêmement intelligente, directe, précise, qui sait aller à l’essentiel », ajoute ce spécialiste du chant des baleines, épaté par « l’impulsion, l’enthousiasme et la conviction » qu’elle a insufflés au projet. « J’aime concevoir des expositions, cela prend moins de temps à se concrétiser qu’un projet architectural parfois beaucoup trop long », soupire Jeanne Gang, décidément hyperactive…

Le design pour « aider les gens »

La politique la titille-t-elle ? « Je ne brigue aucun poste, assure-t-elle, mais en tant que créatrice je m’intéresse à la façon dont le design peut aider les gens, influencer nos comportements et notre environnement. » Professeure à la Harvard Graduate School of Design, conférencière, auteure de nombreux articles, cette grande lectrice, qui apprécie notamment Michel Foucault et Italo Calvino, s’implique à sa manière dans la cité.

Fruit d’un travail avec ses étudiants, son livre Reverse Effect, paru en 2011, avançait ainsi des solutions concrètes et audacieuses pour restaurer la rivière Chicago, très polluée, au profit de la population. Depuis, celle-ci a été en partie nettoyée et ses bords aménagés en promenade – elle y a contribué en construisant deux bases de loisirs pour faire du bateau.

La Tour Aqua : achevée en 2010, cette tour mixte de 82 étages, comprenant du résidentiel (locatif et copropriétés ou « condominiums »), des bureaux, des équipements collectifs, un hôtel et une toiture végétalisée, est devenue l’un des immeubles les plus emblématiques de Chicago.©Steve Hall/Hedrich Blessing 2009

Toujours prête à réfléchir sur la façon dont le design peut créer du lien, Jeanne Gang a aussi planché sur les relations, souvent difficiles dans certains quartiers de Chicago, entre les communautés et la police. Parmi les nombreuses propositions qui ont émergé de ses travaux, une est depuis devenue réalité : la création d’un terrain de basket-ball devant l’un des plus postes les plus agités de la ville, dans le 10e district.

Dans le sillage de cette initiative, New York lui a demandé d’étudier les moyens d’utiliser le design pour réduire la criminalité dans deux quartiers de Brooklyn et du Bronx. Une illustration supplémentaire, s’il en était besoin, de ce qu’elle appelle son « idéalisme raisonnable »

Une amie des oiseaux migrateurs

Jeanne Gang est une passionnée d’ornithologie. Dès qu’elle le peut, elle part avec ses jumelles observer les oiseaux aux quatre coins du monde. La dernière fois, c’était au Brésil et elle a pu voir 60 espèces différentes, se réjouit-elle… Ce hobby, elle le doit à son métier. C’est quand elle a conçu sa première tour qu’elle a découvert un problème d’une ampleur qu’elle ne soupçonnait pas : les gratte-ciel font le malheur des oiseaux migrateurs. Une étude récente du Laboratoire d’ornithologie de Cornell a montré que Chicago, situé dans un couloir migratoire entre le Canada et les tropiques, était la ville américaine où mourraient accidentellement le plus d’oiseaux : plus de 3 000 au km2… En Amérique du Nord, ce serait près d’un milliard de volatiles qui périraient chaque année à la suite d’une collision. Une véritable hécatombe. Pour éviter que sa tour n’aggrave la situation, Jeanne Gang s’est emparée du sujet. Le résultat ? Ses immeubles sont équipés de verres moins transparents (grâce à l’inclusion de points, de trames ou de lignes) ou colorés, et moins réfléchissants, pour permettre aux oiseaux de repérer l’obstacle.

Trois projets emblématiques

Tour Aqua

Achevée en 2010, cette tour mixte de 82 étages, comprenant du résidentiel (locatif et copropriétés ou « condominiums »), des bureaux, des équipements collectifs, un hôtel et une toiture végétalisée, est devenue l’un des immeubles les plus emblématiques de Chicago grâce à ses terrasses ondulées qui font écho aux vagues du lac Michigan tout proche. Ses vitres disposent d’un dispositif de protection des oiseaux migrateurs et sa façade est à haute performance énergétique.

Arcus Center

Livré en 2014, ce centre universitaire dédié à l’enseignement de la justice sociale à Kalamazoo (Michigan), le premier de ce genre aux Etats-Unis, a trois axes disposés en étoile avec un hub central où les étudiants, professeurs et militants peuvent converger autour d’une cheminée et d’une cuisine ouverte. Ses façades incurvées (photo page 46) sont réalisées en bois cordé, une technique traditionnelle où les rondins de bois sont maintenus par du mortier.

Tour Vista

Attendu pour 2021, l’édifice (photo page 46) est composé de trois colonnes disposées comme un escalier et interconnectées, ce qui multiplie les vues et les angles ainsi que les espaces verts. Avec ses 101 étages (dont deux exclusivement destinés à laisser passer le vent) et la plus haute piscine de la ville, le gratte-ciel va devenir le troisième de Chicago par sa hauteur (366 mètres). Au bord de la rivière, cet ensemble à l’allure élancée et dynamique ouvrira aussi un passage entre les berges et le parc situé derrière. Tour mixte, elle comprendra des appartements, un hôtel et des équipements collectifs.

0 30

There can be nothing more exciting than opening up a gift to discover you are off on a whirlwind of an adventure. There are so many luxury experience gifts to choose for the elite traveler in both late 2019 and throughout 2020, and all would make perfect gifts this holiday season.

From enchanting Christmas experiences in the heart of the English countryside to an exciting expedition to discover an ancient South American city, here you will find a carefully-curated list of once-in-a-lifetime adventures.

Christmas at Coworth Park

If you have ever watched the Christmas classic The Holiday and wondered where in the English countryside Cameron Diaz finds herself, then Coworth Park is arguably as close as it gets. The five-star resort is situated in equally-idyllic surroundings of Berkshire and provides a magical setting for the holiday season. If you celebrate Christmas, there are few better places to do it than here.

The Christmas at Coworth package consists of a three-night break from Christmas even until the morning of December 27. It includes unforgettable experiences such as a trip to a local church on Christmas Eve for Midnight Mass, a visit from Santa Claus on Christmas morning and a six-course Christmas Day feast in the one-Michelin-star Restaurant Coworth Park.

Suites from $2,050 per night based on double occupancy, three-night minimum, dorchestercollection.com

Rosewood Baha Mar, Diving for Treasure

Rosewood has launched a series of 12 giftable experiences taking place in different hotels and resorts around the world. Each one is unique and highlights different passions such as art, culture, fashion or music. Our pick is adventure. Travel to Baha Mar where you will board the hotel’s Eternity mega-yacht to explore for a rare treasure in the beautifully clear waters. Alongside a professional diver and photographers, you will search for a Ulysse Nardin Diver 42mm watch buried in the sands below. With a water resistance to 300m, you will discover your hidden treasure ticking merrily along on the seabed. The four-night trip ends with a trip home on Baha Mar’s private jet.

$202,050, rosewoodhotels.com

The French Laundry, Black Experience

The three-Michelin-star restaurant from Thomas Keller is a favorite of regular Elite Traveler readers and was voted 25th in our Top 100 Restaurants poll earlier this year. The giftable Black Card Experience from the California restaurant is the ultimate for any gourmand. It begins with a luxury BMW car service from your residence or hotel. You will be served with a bottle of champagne upon arrival before indulging in the ultimate 18-course menu with extraordinary wine accompaniment personalized by the restaurant’s sommeliers. As the gift card is a dinner for two, make sure you seal your plus-one before handing it over!

$2,500, finessethestore.com

VistaJet, Discover an Ancient City

The global private-aviation company, VistaJet, recently debuted its latest experience, VistaJet World, which offers its members global travel experiences ranging from scientific discovery to going behind-the-scenes of the world’s most exclusive wineries. Our pick is an exploration into the Amazonian rainforest, where you will join archaeological experts as they search for ancient settlements. Guests will fly over the jungle using high-spec LIDAR scanning technology to unveil the secrets hidden in the canopy below. You will also join conservationists as they work to protect the forests, species and indigenous cultures as well as visit lagoons to visit the famous pink river dolphin.

Price on request, https://www.vistajet.com/privateoffice/

0 28

Along with Aries and Leo, Sagittarius is a fire sign, so those born during this horoscope time tend to be full of energy and ready to take action. They are also fearless, and can easily see all of the possibilities that life has to offer.

Sagittarians have a more optimistic mindset. They believe that everything will turn out for the best, and they don’t let any minor setbacks deter them. Fuelled by an inner restlessness, they are always pushing themselves out of their comfort zone by venturing out into the world. They are big travellers, and they like to spend long amounts of time within a particular culture to fully understand it.

Unconcerned with everyday gossip and news, Sagittarians are more focused on the bigger picture in life. They prefer to think in abstract terms and can get pretty philosophical when explaining their ideas. They have strong opinions that they stand by, which are shaped by their personal life experiences as well as the many books that they read.

Read More: What’s Your Horoscope This Week?

Sagittarians are big on education, but they learn best when they’re teaching themselves the material. They might have trouble listening to someone else tell them what to do, because they need to experience everything on their own. Once they have thoroughly learned a new subject or have come up with a new idea, they like to go and share it with everyone else. These qualities are what give them the potential to be great teachers or mentors.

Always searching for a greater truth, Sagittarians are very spiritual. They’re looking for a deeper meaning in life, and having a strong belief system helps them to understand their place in the world. They might be very proud of their specific culture or religion, and if not, they spend time looking for one that better fits their needs.

Sagittarians are more outgoing than most signs. They are not afraid to put themselves out there and mingle with new people. It is rare to catch a Sagittarius at home alone on a Saturday night. However, they can get a little too carried away at times. They often promise more than they can deliver, and take on way too many responsibilities either at work or in a relationship. Because they only want to see the good in life, they may also be hurt when other people can’t match their levels of enthusiasm. Their emotional reactions can also be kind of extreme, so they must find a balance between high-highs and their low-lows. The big lesson for Sagittarius is in practicing greater self control and learning how to be more realistic about their goals.

More from British Vogue…

STAY CONNECTED